Accueil

BERGER & BRASSEUR

Je suis berger en été sur un alpage en Haute-Savoie. Je garde 800 brebis de fin mai à début octobre. Bien que le métier de berger puisse être un travail à plein temps, j’ai fait le choix de vivre une autre passion le restant de l’année : le brassage de la bière.

J’ai le plaisir d’exercer cette activité en hiver et de produire quelques litres de manières artisanales grâce à la fermentation haute. Ce mode de fermentation est ancestral et caractérise les bières « ale » typiques des pays Anglo-saxons et de nombreuses brasseries artisanales Françaises.

Le berger et la bière ont accompagné les civilisations à travers le temps. Cette évidente présence leur donne une intemporalité et les font flirter avec les légendes, les mythes et le sacré.

Toute la complexité de ces métiers a été érodée avec le temps et ne laisse plus qu’un subtil et intarissable savoir faire. Quel bonheur d’avoir l’impression de redécouvrir et d’affiner ces connaissances chaque jour.

Le berger et le brasseur  ont chacun leur bâton. La houlette pour le premier qui lui permet d’attraper la brebis et le fourquet pour le second qui permet de brasser l’orge durant la cuisson.

Ils sont les représentants de deux mondes.

Le monde de l’animal qui est mobile. Le berger utilise le déplacement pour faire pâturer les troupeaux dans les grands espaces. Il symbolise le nomadisme.

Le monde du végétal qui est statique, l’orge pousse dans les champs. La culture se caractérise  par la sectorisation de l’espace. Ce monde  symbolise la sédentarisation.

La brebis et l’orge se nourrissent des mêmes éléments : l’air, l’eau, le feu et la terre. Que l’on manie le fourquet ou la houlette, les mêmes qualités sont demandées : l’observation, la patience, l’attention, le respect du vivant et du temps …

Bertrand, Berger & Brasseur

Bertrand_Houlette